Mise à jour: octobre 2020

Insuffisance cardiaque

et réadaptation cardiaque

Ordonnance 

- Par spécialiste en centre spécialisé au moins pour débuter

noun_Pin_7788 3.0 reeeed.png

Texte extrait du Guide parcours de soin - Insuffisance cardiaque HAS 2014.

 

La réadaptation cardiaque se réalise en SSR spécialisé cardio-vasculaire. Elle est basée sur une équipe puridisciplinaire et comprend trois axes de prise en charge :

  • la rééducation basée sur l’exercice physique ;

  • l’éducation thérapeutique ;

  • la réinsertion socioprofessionnelle.

 

L’entraînement physique est recommandé chez l’insuffisant cardiaque. Il est spécifique, adapté à la gravité clinique, à l’âge et aux comorbidités. Sous réserve de l’application d’un protocole adapté et du dépistage régulier de tout signe de décompensation, le risque de complication est très faible.

 

 

Bénéfices principaux:

 

  • amélioration de la tolérance à l’effort

  • amélioration de la qualité de vie

  • réduction des réhospitalisations

  • réduction de la mortalité

 

 

Indications :

  • patients en IC classe II-III de la NYHA, stables sous traitement médical optimal, quelque soit la FEVG ;

  • les patients qui bénéficient le plus de la réadaptation sont ceux en classe III (avec pic VO2< 15 ml/kg/min).

  • Une évaluation initiale de la performance à l’effort est souhaitable par :

              - test de marche de 6 minutes ou ;

              - test d’effort avec VO2 ;

              - évaluation musculaire.

 

 

Contre-indications à l’évaluation de la performance à l’effort et à la réadaptation cardiaque :

  • insuffisance cardiaque décompensée stade IV NYHA ;

  • angor instable (ischémie à très bas niveau d’effort) ; hypertension pulmonaire > 60 mmHg ;

  • rétrécissement aortique serré ou myocardiopathie obstructive ;

  • troubles du rythme ventriculaire sévères ;

  • thrombus mobile intracardiaque.

 

 

Contre-indications à la réadaptation cardiaque :

  • aggravation progressive de la tolérance à l’exercice ou dyspnée au repos depuis 3-5 jours ;

  • apparition d’une ischémie à bas niveau d’effort (< 2 METs, < 50 W) ;

  • diabète non contrôlé ;

  • embolie ou phlébite récente ;

  • apparition récente d’une fibrillation atriale ou d’un flutter.

 

 

Patients à risque accru lors de la réadaptation cardiaque :

  • prise de poids dans les jours précédents ;

  • traitement continu ou intermittent par dobutamine ;

  • baisse de la PAS à l’exercice ;

  • classe fonctionnelle IV de la NYHA ;

  • troubles du rythme ventriculaire complexes au repos ou à l’exercice ;

  • FC de repos > 100/min ;

  • comorbidités limitant la tolérance à l’effort. 

 

Protocoles :

 

  • activité physique modérée - 60 à 80% des capacités maximales - comportant des exercices d’endurance, de résistance (renforcement musculaire analytique) et éventuellement d’amélioration de la capacité respiratoire ;

  • si sujets âgés avec risque de chute, exercices d'équilibre ;

  • exercices de relaxation.

 

Une stratification du risque permet une adaptation des exercices avec une plus grande progressivité et une surveillance régulière. Les types d’exercices possibles sont très variés, adaptables aux goûts, à l’âge et aux aptitudes d’un grand nombre de sujets : marche, course, vélo, natation, gymnastique, activités sportives diverses, utilisation de différents ergomètres ou système de musculation. Il importe de fixer des objectifs réalistes qui, même imparfaits, seront poursuivis au long cours par le patient.

 

Mise en place :

 

La réadaptation est, le plus souvent, initiée en centre spécialisé, notamment au décours d’un épisode de décompensation. Pour les patients les plus sévères, le programme d’entraînement débute en hospitalisation, avant d’envisager une prise en charge ambulatoire. La poursuite de l’entraînement à la sortie est essentielle au maintien du bénéfice obtenu. L’orientation vers des structures associatives de phase 3 type « clubs cœur et santé » peut améliorer l’observance à l’activité physique au long cours. Si la réadaptation est uniquement réalisée à domicile, en l’absence d’équipement spécifique, la combinaison de différentes techniques d’exercices adaptés à l’état du patient est souhaitable.

Sources:

- Guide parcours de soins - Insuffisance cardiaque (HAS 2014 - Annexe 10 - PDF)

- Insuffisance cardiaque de l'adulte (COFEMER 2005 - PDF)